top of page
Rechercher

Fleuve Koongo



Fleuve Koongo


Je vois une danse sur les méandres du fleuve Je vois une pirogue sur les larmes du fleuve Parce que la terre saigne Parce que la terre sainte n'a plus d'éclat d'hier Et les caïmans roulent tristesse de ce bras qui va à la mer Et je vois dans l'air les cris sinistres des congolais comme des périls Je viens remplir ma bouche pour laver la plaie calée dans ma gorge Je viens cueillir une chorale à l'éclat d'un corail Depuis la profondeur sacrée des eaux Depuis les ossements des plantes Depuis la mutation des vagues Pour chanter au crépuscule comme un griot wolof Écouter le discours mystique des algues Habiter le masque du fleuve pour l'ouverture des esprits Et dire mes prières pour réveiller l'espoir qui somnole comme un lion affamé depuis des siècles Parce que mon fleuve est la chair la plus vivante des divinités les plus vives Mon totem le plus sûr au-delà des blessures Et j’ai puisé les âmes de mes aïeux dans ces eaux Et j’ai fait d’elles des silex pour naître les étincelles Sous le choc d’acier Parce que le fleuve est frère cadet du feu J'irai cœur fluvial pour arroser les rêves stériles J'irai comme un initié libérer les esprits Koongo Parce la terre saigne Parce que la terre sainte n'a plus d'éclat d'hier Depuis le surgissement des astres Depuis l'ouverture des cailloux Depuis le cri millénaire des vagues Et je marcherai fleuve dans ma bouche pour convoquer l'amour Je marcherai fleuve dans mes yeux pour indexer les guerres Je marcherai fleuve dans mes veines pour tutoyer la paix Ô mes pères ! Laissez-moi courtiser la beauté de son cœur Je serai affluent qui tombe comme poèmes dans sa gorge Car à force de l’admirer, ce fleuve a guéri mon âme Et voici m’habitent les splendeurs qui l'entourent Ô mes pères ! Laissez-moi bâtir un sanctuaire sur son nombril Nous serons lumière fluviale pour faire marcher les rêves _______________________ Auteur : Alvie Mouzita

Illustration : Ntota, La traversée du fleuve Congo

174 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page