top of page
Rechercher

L'Escaut, de la source à l'estuaire

Dernière mise à jour : 3 mai 2021


L'Escaut, de la source à l'estuaire


Comment imaginer qu'un filet d'eau perdu dans un pâturage de Gouy, modeste village de l'Aisne, puisse donner naissance 450 km plus loin à un grandiose fleuve hollandais?


Dans le chant tiré des roseaux

Par l'archet léger de la brise,

Germe l'écho d'un filet d'eau

Et cette rumeur imprécise,

L'enfant joue avec un dauphin

Tout fier de montrer sa nageoire,

Frêle stèle dans le bassin

Jeux facétieux au fond du soir.


Les navires voguent sur l'herbe

A travers la plaine et le bois,

Dans le feu d'un couchant superbe

Canal une dernière fois,

A Gand, la ville aux vingt-six îles

L'Escaut ne cesse de gagner,

Quittant les chemins inutiles

Pour trouver d'autres cavaliers.


A Anvers, frisson des ripailles

A présent, ton jour est levé,

Le Graal, après la bataille

Blaise Cendrars, loup affamé,

Garde cette main dans la tienne

Fille des épaves d'instants,

Rescapée d'une vie ancienne

A tracer les lignes du temps.


Vapeurs soufrées, sables mouvants

L'estuaire respire la vase,

Où grouillent des appâts vivants

Echappés des fûts de cervoise,

L'Escaut oublie en mer ses marges

Dans un décor de remorqueurs,

Pressés d'atteindre le grand large

Poussés par des désirs d'ailleurs.


Au loin, le ballet des navires

Dans un battement miroitant,

L'eau devient verte puis saphir

Au ras d'un souffle scintillant,

Tu peux, errante hirondelle

Tracer un lumineux sillage,

Là-bas, dans un battement d'ailes

Fuir encor pour tromper l'orage.




______________________

Poème de Thierry Quintrie Lamothe


Cartes d'Anthony Despaslins



870 vues7 commentaires

Posts récents

Voir tout

7 Comments


portevin.xavier
portevin.xavier
Jul 10, 2021

Merci Thierry pour ce beau poème !

Il traduit bien le mouvement du fleuve et sa métamorphose, son élargissement au fur et à mesure qu'il coule vers la mer. Il montre aussi la vie pétillante autour du fleuve, celle des hommes, de leur activité mais aussi de la nature et de la faune.

- Le mouvement : l'Escaut ne cesse de gagner ; quittant... pour trouver ; l'eau devient verte puis saphir ;

- La vie : l'enfant joue ; les navires voguent ; frisson des ripailles ; Blaise Cendrars, loup affamé ; fûts de cervoise ; remorqueurs pressés et poussés par des désirs d'ailleurs ; ballet des navires ; errante hirondelle ; battement d'ailes ;

- La métamorphose progressive…


Like
Replying to

Merci beaucoup Xavier,pour ton très approfondi retour, qui me soulève de force et d'énergie pour continuer le thème des fleuves.

Like

assia
assia
Jul 02, 2021

Waw ! donne envie d'aller voir de plus près

Magnifique ! La dernière strophe est une pépite !

Like

Toujours pétillant d'idées nouvelles ! Thierry et ton gout du voyage sous toutes ses formes, des autres, des savoirs faire, des cultures, des paysages...et des mots.

J'ai aimé être embarqué par ces quelques gouttes d'eau qui "fédèrent" pour devenir simplement un ensemble gigantesque, spectatrices silencieuses de la vie effervescente qu'elles procurent.

Jean-François S.

Like

Merci à toi, Thierry, de nous offrir ce beau poème, j'ose dire, sans exagération, peut-être ton plus beau poème, par sa simplicité, sa douceur, sa musicalité qui font les grands poètes - on le retient déjà presque par coeur, dès la première strophe -, par les histoires agitées des hommes qu'il nous fait revivre, les lieux, les paysages qui défilent si clairement sous nos yeux– comment ne pas songer au Plat pays de Jacques Brel – et vite, on veut se saisir d'une toile, d'un pinceau, de tubes de couleurs pour en faire des tableaux Et surtout, on sent la respiration, le calme intérieur du poète, qui soudain, le coeur battant, exhorte son amie l'hirondelle à voler vers la…

Like

Superbe, ... votre poésie me touche... Une idée : proposer votre poésie à Yves Duteil pour qu'il en fasse, avec vous, une merveilleuse chanson.

Une amoureuse de la langue française,

Christine Philippe

Like
bottom of page