top of page
Rechercher

Ma banlieue



MA BANLIEUE


Elle se dresse

De toutes ses flaques bileuses

Relents d’herbes souillées

Ce bout de nulle part

Pôle nord parisien

De mon sous-sol humide

Je la contemple aux heures creuses

Quand les nuages forment comme un deuxième ciel

Je trace alors une ligne droite

Vers la grande ville

Et dans ce lointain poussif

J’idéalise toutes ses lumières 

Par-delà le périph

J’entrevois même ses boulevards 

Des peaux ocre qui fusionnent dans la même toile

Des femmes voilées dans des trench-coats très bien ficelés

Mais soudain, la lumière décline

Seule la grisaille persiste

Cette même teinte uniforme encore et toujours

Elle me rentre dans les poumons

Ce sentiment récurrent d’être de trop

D’être loin de tout

De mon centre

De l’enfant

En équilibre constant sur ce point mort

Dont le projet d’ensemble me restera inconnu

Face à des toboggans statiques

Des chaises de bistrot déformées

A force d’accueillir les mêmes chômeurs sans cesse affalés

A contempler depuis les coulisses

Ces affiches surannées

Scotchées moult et moult fois par-dessus d’autres affiches

Des témoins oubliés ayant fait vœux de silence




________________

Texte de Grégory RATEAU

Extrait de Conspiration du réel, Unicité, 2022

________________

Grégory RATEAU est né en 1984 dans la banlieue parisienne. Il a commencé très jeune dans la création, à 17 ans, par l’écriture de scénario et la réalisation (avec la collaboration de l’acteur Michael Lonsdale).

Après de longs voyages, il s’est rapidement imposé sur la nouvelle scène poétique contemporaine (Festivals, revues, anthologies...). Il a obtenu le Prix Amélie Murat 2023 pour son second recueil, Imprécations nocturnes, aussi sélectionné au Prix Robert Ganzo du Festival Etonnants Voyageurs.

Toujours en errance, il vit aujourd’hui à Bucarest où il est le directeur d’un média mais aussi scénariste. Il est également l’auteur d’un récit de voyage, Hors-piste en Roumanie (sélectionné au prix Pierre Loti et très médiatisé dans sa version traduite en roumain) et d’un premier roman, Noir de soleil, chez Maurice Nadeau (sélectionné au prix France-Liban et au Prix Ulysse du premier roman 2020).

254 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout

1 Comment


Comment ne pas penser au film " La haine " de Mathieu Kassovitz ?

Un très beau texte !


Like
bottom of page