top of page
Rechercher

Urban Stories - Philippe Pons


LOVE EXPLOSION

AVATAR FROM BERLIN

Ça commence comme une flânerie légère 

tes pas qui te portent à travers la ville 

dessinent un territoire 

d’invisibles traces 

inventant une topographie 

Ça commence par

marquer physiquement 

frapper la terre le bitume

arpenter faire le tour presser le dédale de tes

plantes de pieds

C’est dans le corps que ça se passe 

dans ton corps 

tes pieds 

et puis 

l’oeil 

s’approche

capture des formes des couleurs des textures 

transmet le message

Au début c’est léger 

et puis

ça descend  ça fait le chemin ça s’imprègne 

alors 

ta main tes doigts 

l’extrémité de ton ongle 

en partant du bord 

soulève 

un peu juste un peu 

ça colle ça adhère 

tu invites 

tu utilises l’ongle 

tu grattes 

ça attache ça ne vient pas 

tu ne lâches  pas 

tu grattes encore 

tu ouvres une brèche fine 

tu t’écartes 

avec le bout de ton ongle

 ça vient 

Alors

tu t’y mets tout entier 

de tout ton corps 

de toute ta force 

jusqu’au cou 

tu déchires

Dessous 

autre chose 

des taches de résidus des morceaux 

Tu respires un grand coup 

Sur le mur

autre chose 

Dans tes mains autre chose 

et demain 

tu reconstitueras l’île

ton île


MONA LISA AUX BASKETS

HIP HOP CONSCIOUS

NO ONE IS INNOCENT


Collages de Philippe Pons

Texte de Cati Roman

________________

C’est en 1982 alors jeune étudiant aux Beaux-Arts de Toulouse que je m’initie à la pratique du collage grand format.J’arrache alors de grands blocs d’affiches accumulés sur les murs de la ville puis, dans l’atelier de l’école, je les recouvre complètement d’une couche de peinture tourbillonnante qui, à la façon de la gestuelle de Van Gogh, semble inonder ce support trivial d’une lumière nouvelle.

Une fois ce travail réalisé, je déchire en lambeaux la couche de peinture laissant apparaître cette fois les lettres et les fragments d’image ressurgis d’un passé lointain.Vingt ans après mes premières oeuvres, je confectionne à nouveau le même genre de collage mais ce qui a vraiment changé dans ma démarche, c’est la quête d’images beaucoup plus diversifiées car j’arrache des lambeaux d’affiches aux quatre coins de la planète.

Mon idée est de matérialiser une sorte de langage universel fait d’un brassage de plusieurs langues, qui représente pour moi ce que nous vivons au quotidien, c’est à dire la confrontation brutale de divers univers hétéroclites.

Ces affiches collectées au cours de mes voyages sont retravaillées dans mon atelier de Peyzac Le Moustier. J’imagine, après cette récolte, un dialogue entre lettrisme et peinture, savant mélange de poésie et d’expressions plastiques.Ces créations, collages/peintures, fruit du jeu entre signes et coulures, grands aplats et fines couches de carton, symbolisent le chaos du monde, un tour du monde du langage, des langues, des cultures qui s’entrelacent et se chevauchent. Du street art à ma façon car la rue imprègne et influence ce travail que je réalise finalement dans mon atelier.

A la façon d’une œuvre complète entre collage/peinture et street art, chacun peut y trouver son histoire, l’expression d’un monde contemporain fait de chocs visuels et d’émotions, une partition musicale d’un chaos qui crée de la beauté.


Philippe PONS



PARIS 2019

NEW YORK 2023

147 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

コメント


bottom of page